Balade en raquettes

Des raquettes aux pieds

Le sol est recouvert de neige.

Alentour, le paysage luit d’un blanc immaculé, éblouissant et enchanteur.

Ici et là, ce blanc s’efface pour laisser la place à une branche d’arbre, à un sapin, à un morceau de ciel bleu. Puis aussitôt, il reprend sa place dans ce décor féérique d’hiver québecois.

Qu’est-ce que la neige ?

En France, je navigue entre la Bretagne et la Normandie. Entre… la pluie et… la pluie. La neige ? Connais pas ! Ou plutôt si… je me rappelle d’une journée d’hiver, il y a de cela plusieurs années, où la neige est tombée. Un tapis blanc avait recouvert le sol. Quelques maigres centimètres (1 ? 2 ? 3 tout au plus…) et déjà notre système routier était paralysé, les écoles fermées, et la cheminée bien allumée !

Au Québec, quand on parle de neige, elle est bien là. Elle s’installe au début de l’hiver, prend ses aises, et reste jusqu’au printemps. Les centimètres s’accumulent au fil des jours. Les branches ploient sous son poids. Elle ne bloque pas : au contraire, elle devient un support de jeux et de multiples aventures.

La randonnée en raquettes en fait partie.

Randonnée hivernale

Chaussée de raquettes, je m’aventure dans les bois. Adieu sentiers balisés. Bonjour nature. La veille, j’avais bien tenté de me rendre dans ce coin reculé, mais mes pieds s’étaient enfoncés dans la neige au point d’en avoir jusqu’à la taille. Après quelques mètres, j’avais renoncé, et mes abdos m’en avaient remercié !

Aujourd’hui, je me suis équipée. La différence est incroyable ! Comparé à la veille, c’est un peu comme si je flottais à la surface du sol.

Je lève les genoux, prends le rythme, avance doucement. Seule la marche avant est conseillée, sinon la manœuvre devient compliquée.

Pause contemplative. Derrière moi, les traces laissées viennent briser le manteau blanc. Devant moi, un ciel bleu lumineux et un paysage vallonné créent un magnifique décor de carte postale. A vrai dire, la réalité est beaucoup plus jolie.

Découvertes en plein coeur de la nature

Sur le chemin, on distingue plusieurs traces d’animaux. Difficile de savoir s’il s’agit d’un renard, d’un lièvre ou d’un ours. La neige qui est tombée dans la nuit brouille les pistes.

Un peu plus loin, un drôle de trou semble creusé dans la neige. Des fientes d’oiseau reposent dans le fond. Un trou beaucoup plus petit est observable à quelques centimètres du premier. Durant la tempête de neige de la veille, une perdrix s’est blottie dans la neige et s’en est laissée recouvrir. Le manteau blanc lui a servi d’isolant contre le froid et le vent. Puis quand les flocons ont arrêté de tomber, dame perdrix s’est envolée. Ce qui explique l’absence de traces aux alentours. Merveilles de la nature !

Un bol d’air pur fort bénéfique

En plus de faire travailler mes muscles (abdos, fessiers, des hanches et des cuisses), cette randonnée en raquettes me permet d’explorer la nature autrement. Le grand air frais de Lanaudière emplit mes poumons et régénère mes forces.

Plutôt que de me résigner face au froid québecois, j’ai décidé d’en profiter. Jouer avec la neige, admirer les paysages enneigés, puis rentrer me réchauffer auprès de la cheminée en buvant un bon chocolat chaud… voilà des petits plaisirs de l’hiver dont je ne suis pas prête de me lasser !

Ressources

De nombreux sites proposent des sentiers de raquettes balisés. Renseignez-vous auprès des offices de tourisme, ou partez tout simplement à l’aventure !

2 thoughts on “Des raquettes aux pieds”

  1. Pingback: L’hiver au Québec – Feel it !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string I0neMY to the field below: