Inde du Nord – Circuit touristique de 15 jours

Après un voyage en Inde du Nord durant 15 jours, je vous propose un circuit type pour une découverte touristique mêlant tradition et spiritualité.

En souhaitant que cela vous inspire pour votre prochain voyage !

Jours 1 & 2 : Delhi

« Old Delhi »

Découverte de ses monuments antiques, rues étroites et bazars animés.

Jama Masjid

Aussi appelée mosquée de Shahjahânabâd ou grande mosquée de Delhi, Jama Masjid fait partie des plus grandes mosquées de l’Inde. Elle fut construite entre 1644 et 1656 à l’initiative de Shah Jehan, grand empereur mongole qui est aussi à l’origine de la construction du Taj Mahal.

Et si vous montiez jusqu’en haut du minaret pour admirer la vue qui s’offre à vous ?!

Adresse : Meena Bazaar, Jama Masjid, Chandni Chowk, New Delhi, Delhi 110006
Prix : Entrée gratuite ; Appareil-photo & caméra : ₹300 chaque ; Chaussons : ₹100
Horaires pour les non-musulmans : de 8h à 1h avant le coucher du soleil ; Minaret ouvert de 9h à 17h30

« Chandni Chowk »

Au pied de la mosquée Jama Masjid, vous pouvez monter dans un tuk-tuk et demander à faire une promenade à travers « Chandni Chowk » le plus célèbre marché de « Old Delhi ».

Raj Ghat

Il s’agit du sobre mémorial de Mahatma Gandhi.

Adresse : derrière le fort rouge, New Delhi, Delhi 110006
Prix : entrée gratuite
Possibilité de laisser vos chaussures à l’entrée (un petit billet sera le bienvenu)

Ville de « New Delhi »

Passage sur le Rajpath (très belle, très large et très longue avenue de 3 km) et devant les bâtiments administratifs de l’ère britannique, dessinés par Lutyens, y compris l’India Gate (Porte de l’Inde) et le Palais Présidentiel.

Le temple Sikh de Bangla Sahib

Il s’agit du plus grand temple sikh de Delhi. Tout de marbre blanc, coiffé d’un dôme doré et agrémenté d’un vaste bassin pour les ablutions des fidèles, il fut bâti au XVIIIe siècle en souvenir de la visite du huitième Gourou Harkrishan, en 1664.

Découvrez sa cuisine et sa salle à manger aménagée sans distinction de castes.

20 000 repas sont offerts chaque jour aux personnes qui le souhaitent, sans justificatif. Pour leur préparation, nombre de bénévoles s’activent en cuisine. Vous pouvez vous joindre à eux pour mettre la main à la pâte. Il n’est pas utile de prévenir en avance, et vous pouvez rester pour la durée qui vous arrange. Un modèle de bénévolat qui fonctionne parfaitement et particulièrement inspirant !

Qutub Minar

Très beau site archéologique inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Construit au début du XIIIe siècles à quelques kilomètres au sud de Delhi, le minaret de Qutb Minar est une tour de grès rouge haute de 72,5 m, d’un diamètre de 14,32 m à la base et de 2,75 m au sommet, avec des cannelures et des encorbellements de stalactites.

Ce minaret est le minaret indien le plus haut et le troisième mondial.

Retrouvez sur le site la mosquée Quwwat-ul-Islam qui contient le fameux pilier de fer de Mehrauli, une curiosité métallurgique dont le secret n’a pas encore été percé !

Jour 3 : New Delhi – Région du Shekhawati (260 kms/6 hrs)

Départ pour la région du Shekhawati. Déjeuner en route, arrivée dans la campagne indienne. La région du Shekhawati est surnommée « la galerie d’art à ciel ouvert ». Elle a été rendue célèbre en raison de ses nombreux Havelis (anciennes demeures qui appartenaient aux nobles et aux riches commerçants).

Jour 4 : Shekhawati – Bîkaner (190 kms/4 hrs)

Le quartier des « Havelis »

Construites par les riches marchands « Marwaris » au 19è siècle, ces Havelis présentent de fascinantes peintures fresques, d’un style architectural unique.

Désormais quasi-abandonnées, ces demeures se délabrent petit à petit. Il est toutefois possible d’en visiter quelques-unes, ouvertes au public.

Citons par exemple « Le Prince Haveli », entièrement rénovée par Nadine Le Prince, artiste française. Ses murs abritent un hôtel ainsi qu’une galerie d’art exposant des œuvres indiennes et françaises.

Site web : www.leprincehaveli.com

Voici quelques autres idées de visite piochées sur le net, mais notez toutefois que le mieux reste de toquer aux portes et aborder votre plus beau sourire pour demander aux personnes qui résident dans ces havelis de vous faire un petit tour du propriétaire.

  • La « Bhagton ki Choti Haveli » à Nawalghar
  • La Podar haveli à Nawalghar
  • les vieilles havelis côté sud est à Mandawa

Promenade à dos de dromadaire

A partir de l’hôtel « Sara Vilas », balade à dos de dromadaire. Arrêt au niveau d’un ancien réservoir d’eau.

Bîkaner

Bîkaner est une ville du désert fondée en 1488.

Le Junagarh Fort

Edifié entre 1588 et 1593 sur commande de Raja Rai Singh, général de l’armée de l’empereur Moghol Akbar, le fort possède un rempart de 968 mètres de long, est doté de 37 bastions et de deux entrées. Suraj Pol (aussi dénommée porte du Soleil) est l’entrée principale du fort.

Tuk-tuk

Balade en tuk-tuk dans la vieille ville de Bikaner.

Spectacle traditionnel

Soirée et spectacle de danse traditionnelle au cœur du désert.

Lien vers le site web de l’organisateur qui propose également des safaris dans le désert : Raisar Camp Safari

Jour 5 : Bikaner – Jodhpur (250 kms/6 hrs)

« Voyager, être à l’étranger, très loin de chez soi, c’est comme assister à un film »

C’est la journée des expériences uniques !

Le temple des rats

Temple d’une divinité locale, ce lieu est particulièrement atypique… Amateur de sensations “étranges”, bienvenue dans cet espace où des centaines de rats circulent parmi les dévots.

Selon la légende locale, Karni, mystique du XIVe siècle et incarnation de la Déesse Durga, implora le Dieu Yama – Dieu des morts – qui juge et distribue les nouvelles naissances à chaque vie selon ses actes, de ressusciter le fils aimé d’un de ses conteurs.

Yama refusa dans un premier temps, puis finit par accepter et autorisa Karni Mata à ramener parmi les siens non seulement l’âme du fils décédé du conteur, mais aussi celle de tous les autres conteurs et poètes, sous la forme de rats. C’est pourquoi les rats sont les premiers dévots privilégiés de Karni Mata.

Défi du jour : arriverez-vous à apercevoir un rat blanc ?

L’hôpital des vaches

L’hôpital de Nagaur accueille près de 1500 vaches et veaux recueillis sur un périmètre de 200 km alentour. Sous 4 immenses hangars, les animaux sont répartis selon leurs maladies : cancers, membres manquants, malformations, problèmes intestinaux. Une salle d’opération permet d’effectuer les actes chirurgicaux et soins nécessaires au rétablissement des animaux.

Véritable temple à ciel ouvert, nombre de personnes viennent s’y recueillir et vénérer la première vache soignée dans cet hôpital.

Si la démarche paraît particulièrement intéressante et fondée semble-t-il sur le respect animal, je reste toutefois perplexe face à certaines pratiques observées tout au long de ma visite. Voici quelques points que j’ai relevés et qui m’interrogent sur le bien-être global de l’animal en ce lieu :

  • l’ensemble des vaches et veaux sont attachés (à l’exception des veaux en bonne santé qui se trouvent dans une nurserie). Aucun mouvement n’est donc réellement possible et on observe certains animaux dans des postures particulièrement pénibles : une vache à 3 pattes qui ne tient qu’en s’appuyant sur son cou, une vache maigre comme un clou qui ne peut pas se lever, un veau amorphe et dont les muscles déjà faibles vont progressivement s’atrophier en raison d’un manque d’exercice physique ;
  • dans l’espace appelé “soins intensifs”, aucune euthanasie n’est pratiquée. Chaque vache meurt de sa mort naturelle. Certaines sont dans un état lamentable et on peut s’interroger sur les limites de ce choix médical ;
  • dans la “nurserie”, 2 veaux sont installés dans des balançoires, histoire de se faire bercer par les visiteurs. Une pratique qui me semble tout à fait inadaptée pour des animaux…
  • La première vache soignée dans ce lieu, en excellente santé, est attachée et couchée dans un espace relativement réduit où les fidèles viennent en procession pour la toucher. On assiste à un flot continu tout au long de la journée accompagné de musique. Ne serait-elle pas mieux dans un champ ?

Pour ma part, j’apprécie la démarche globale entreprise dans cet hôpital et reconnais le travail entrepris sur place. De plus, il est incroyable de savoir qu’il fonctionne uniquement à partir de dons. Toutefois, certaines pratiques me semblent inhumaines et il serait peut-être bon de s’interroger sur le bien fondé de certaines d’entre elles, en lien avec le respect global de l’animal…

Article à lire : Pourquoi la vache est-elle sacrée en Inde ?

Vous y apprendrez notamment que les vaches ne sont considérées comme sacrées que depuis un temps relativement court. En réalité, il faut plutôt utiliser le terme de “respect” des indiens envers les vaches en raison de leur très grande utilité. En effet, elles fournissent 5 éléments très importants : le lait et ses dérivés, le « lassi » (lait fermenté) et le « ghî » (beurre fondu), ainsi que l’urine et la bouse.

Article complémentaire : En Inde, la vache est sacrée, mais sa bouse aussi

Et après ces lectures, vous oserez me dire que le voyage n’ouvre pas l’esprit ?!

Jodhpur

Surnommée « la ville bleue », Jodhpur est dominée par le Fort Mehrangarh, « Fort de Majesté » et entourée de remparts.

Le fort Mehrangarh

Situé sur un haut piton rocheux, ce fort offre un magnifique panorama sur la « Ville Bleue ». Le fort Meherangarth est situé à 120 m au-dessus de la plaine et est un véritable chef d’œuvre architectural aux dimensions impressionnantes, recelant de nombreux palais, présentant des façades merveilleusement sculptées, sans oublier son musée dans lequel sont exposées des collections d’artisanat et d’armes anciennes.

Jour 6 : Jodhpur – Ranakpur – Udaipur (290 kms/6 hrs)

Cérémonie de l’opium & Safari en jeep

Safari dans les environs de Jodhpur précédé par une cérémonie de l’opium dans un des villages des vishnois, écologistes locaux.

Puis safari dans les environs avec possibilité de voir des paons, des cerfs, des gazelles…

Ranakpur

Sur la route menant à Udaipur, visite de Ranakpur et de son temple jaïn qui semble se cacher dans les monts Aravalli. Ce temple jaïn datant XVe siècle et dans un état presque parfait, est appelé temple « Chaumukha ». Il est dédié à Adinath. On admirera ses 1444 piliers, tous différents et finement sculptés.

Udaipur

Udaipur est surnommée la « Venise de l’orient ». Cette ville, magique et sereine, est entourée de collines ocre et de lacs d’eau claire. C’est pour cette raison qu’elle figure parmi est les villes les plus romantiques du Rajasthan.

Jour 7 : Udaipur – Deogarh (130 kms/ 3 hrs)

Début de la journée par la visite d’Udaipur.

Sahelion ki Bari (Jardin des demoiselles)

Dessiné au début du 18e siècle pour les dames de la cour et réaménagé sous Fateh Singh (fin 19e s.), il s’orne d’un bassin animé par de complexes jeux d’eau. Ces jets n’étaient pas en activité lors de ma visite mais le jardin en demeure très agréable à visiter.

Balade en bateau sur le lac Pichola

Cette balade est très agréable avec une pause dans un des palais situés sur le lac. Cela offre un point de vue magnifique sur le City Palace.

Visite du City Palace qui surplombe le lac

Ce palais de marbre et de granit est le plus grand du Rajasthan. Il s’agit de l’ancienne résidence des Maharanas du Mewar. Les murs des salles sont couverts de miroirs, les portes incrustées d’ivoire, les fenêtres parées de vitraux et les balcons construits dans le marbre.

Temple Sas-Bahu

Départ pour Deogarh après le déjeuner. Sur le trajet, visite de temple Sas-Bahu.

Situé à l’est du fort de Gwalior, il fut construit en 1092 par le roi Mahipala de la dynastie Kachchhapaghata. Dans un environnement particulièrement calme, en pleine campagne, ce temple semble perdu au milieu de nulle part. Une découverte à ne pas manquer.

Deograh

Arrivée à Deograh et installation dans l’ancien palais transformé en hôtel (voir l’article dédié aux hôtels testés et approuvés en Inde du Nord).

Jour 8 : Deogarh – Jaipur (210 kms/ 5 hrs)

Balade dans les petits marchés du village de Deograh, puis départ pour Jaipur, déjeuner en route. Pour ma part, nous nous sommes arrêtés dans une école pour offrir quelques cahiers et crayons. J’y consacre un article plus détaillé : visite d’une école en Inde du Nord.

Jaipur

Capitale du Rajasthan, Jaipur doit son surnom de « Ville Rose » à la peinture rose qui recouvre les édifices de la vieille ville (chez les Rajpoutes, la couleur rose symbolisait l’hospitalité). Dans l’après-midi, promenade dans la vieille ville rose et découverte des bazars.

Cinéma

Séance d’un film Bollywood au fameux cinéma « Rajmandir ». Au-delà du film projeté à l’écran (qui peut durer jusqu’à 2h30), le spectacle est aussi dans la salle : on entonne l’hymne national avant le film, on rit, on chante … Bref, une atmosphère à ne manquer sous aucun prétexte !

Jour 9 : Visite de la « Ville Rose »

Journée consacrée à la découverte de la ville rose.

Le Palais des Vents « Hawamahal »

Avec ses 954 fenêtres qui permettaient aux dames royales d’observer les processions dans la rue sans être vues, le Palais des vents n’est en réalité pas tant un palais qu’une façade puisque le bâtiment n’a quasiment pas d’épaisseur.

Admirez sa façade depuis la rue et profitez de l’ambiance environnante avant de continuer votre visite.

Le fort d’Amber

Datant du XVIIIe siècle, ce fort domine Jahipur. On peut y accéder à dos d’éléphant (jusqu’à 11h le matin), toutefois je ne le conseille pas. Cela ressemble à une véritable usine à touristes et d’après ce que j’ai pu lire sur internet, le fait que la peau des éléphants soit rosée à certains endroits pourrait être signe de dépression. Si vous voulez découvrir être en contact avec des éléphants, je vous invite à rechercher d’autres lieux plus respectueux des animaux.

Concernant le fort, il est connu pour ses éléments caractéristiques de l’art hindou.

Aussi connu sous le nom de Palais d’Amber, il englobe ce qui a été la résidence des maharadjas Rajput et de leurs familles durant plusieurs siècles.

Palais de l’eau

Retour à Jaipur en passant devant le Jal Mahal. Cet incroyable palais est situé au milieu du lac Man Sagar, à Jaipur. Vous pouvez l’observer en passant ou, pour ceux qui préfèrent, il est possible de s’y rendre en bateau. Notez que durant la saison des pluies, de juin à septembre, les 4 niveaux inférieurs du palais se retrouvent submergés mais il s’agit de la meilleure saison pour faire le voyage en bateau, surtout à la tombée de la nuit.

Observatoire astronomique de Jai Singh II

Aussi appelé « Yantra Mandir » ou « Jantar Mandar », cet observatoire est constitué de 17 instruments astronomiques de haute précision. Depuis 2010, ce lieu est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Temple Birla

Cérémonie Aarti au temple en soirée.

Jour 10 : Jaipur – Agra (250 kms/ 6 hrs)

Le matin, départ en direction d’Agra.

Visite du fameux puits à degrés « Chandbaori »

Situé à Abhaneri, ce puits a été creusé sur l’ordre du Raja Chandra dans le premier quart du VIIIème siècle AD. Tout simplement impressionnant !

Agra : visite du Fort Rouge

Classé par l’UNESCO « Héritage Mondial », ce fort a été créé au milieu du XVIe siècle comme une citadelle imprenable. Le site présente une succession de palais en marbre, de mosquées et de jardins ravissants. Au sommet, vous bénéficierez d’un magnifique panorama sur l’autre rive de la rivière Yamuna et sur le Taj Mahal.

Jour 11 : Agra – Delhi (200 kms/ 4 hrs) – Rishikesh (4:30 hrs de train)

Taj Mahal

Tôt le matin départ pour la visite du Taj Mahal au lever du soleil, immense mausolée en marbre blanc, symbole d’un amour éternel, construit par Shah Jahan et dédié à sa bien-aimée Mumtaz Mahal. Ce mausolée est un joyau d’architecture et l’un des monuments les plus célèbres au monde.

Prendre le train en Inde

Après un petit-déjeuner à l’hôtel, route vers Delhi. Arrivée à Delhi, déjeuner et train pour Rishikesh. Il est conseillé de prendre un ticket en classe 2, avec air conditionné, le trajet étant généralement plus long qu’annoncé…

Jour 12 : Rishikesh

Rishikesh

En tant que ville sacrée, elle figure parmi les grandes destinations des pèlerins hindous. Le Gange sacré et le yoga donnent à cette ville une atmosphère spirituelle ce qui fait que la ville de Rishikesh est considérée comme la « Capitale mondiale du yoga ».

Visite des temples et des ashrams situés tout au bord du Gange, rencontre des pèlerins et des sadhus venant de toute l’Inde, promenade sur les rives du fleuve sacré.

Prière du Gange

En soirée, vers 18h, cérémonie quotidienne (prière du Gange) au bord de la rivière.

Adresse : face au Parmarth Niketan Ashram, l’ashram le plus important de Rishikesh (après le pont « Ram Jhula »)

Vue sur Google maps

Jour 13 : Rishikesh – Haridwar (35 kms/1 hr) – Delhi (4:30 hrs de train)

Yoga

Séance matinale de yoga à l’hôtel avec vue sur le pied de la chaine de l’Himalaya.

Profitez de la matinée pour vous imprégner de la spiritualité de Rishikesh.

Haridwar

Balade au bord du Gange pour voir les dernières cérémonies de la vie humaine qui permettent d’accéder à la libération selon la philosophie hindoue.

Train de retour pour Delhi.

Jour 14 : Delhi – France

Petit déjeuner et transfert à l’aéroport.

Informations pratiques

Dans certains lieux religieux, une tenue spécifique est demandée : genoux et épaules doivent être couverts. C’est notamment le cas lorsque vous visiterez la mosquée Jama Masjid. Sachez toutefois qu’on pourra vous fournir à l’arrivée un tissu ou tunique pour respecter les lieux.

D’autre part, certains lieux font payer le droit de prendre des photos ou de filmer. Cela va de ₹25 à ₹300.

Budget estimatif

Pour un séjour organisé de deux semaines en formule « tout compris » incluant : transport, hébergement, pension complète et accompagnement par un guide parlant français, il faut compter un budget d’environ 1300 €, hors trajet aller-retour en avion.

Mon avis : il s’agit d’un excellent rapport qualité-prix pour un tel séjour au vu des prestations proposées, des visites réalisées et du standing des hôtels et restaurants où l’on s’arrête.

Notez toutefois qu’à ce budget s’ajoute environ 20 à 30 € dédiés aux pourboires, prises de photos, achat de bouteilles d’eau dans les restaurants. Un budget quasi obligatoire…

Contact

Guide privé francophone : Dolat Singh Shekhawat

Page facebook : L’inde autrement

(Visited 27 times, 1 visits today)
,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please copy the string 5Bvq22 to the field below: