four à pain

Puy du Fou

« Mon cœur est saturé de plaisir quand j’ai du pain et de l’eau »

Epicure

J’hésite…

Dois-je parler du Puy du Fou sur ce blog ? Peut-on évoquer un parc de loisirs mondialement connu sur un site qui valorise des rencontres et découvertes à taille humaine, du local, des expériences insolites ?

C’est en écrivant ces mots que je pense avoir la réponse : oui, je peux en parler car ce lieu répond – de mon point de vue – aux trois critères précédemment évoqués, et qu’à sa façon le Puy du Fou fait partie intégrante de mes voyages intuitifs.

A vrai dire, c’est très probablement le premier voyage intuitif que j’ai réalisé dans ma vie ! Après une première découverte lors d’une sortie scolaire où je n’étais pas plus haute que 3 pommes, je suis littéralement devenue fan (ou fada, comme vous voulez !) de ce parc.

Pour moi, le Puy-du-fou se résume en un seul mot :

PAIN

Le pain occupe le devant de la scène

Pardon ? Ai-je bien lu ? Cet enfant de 7 ans (devenu grand) résume le Puy-du-Fou par un mot aussi banal que le pain… Ce lieu serait donc restreint au seul four à pain de la Cité Médiévale ? Qu’en est-il de la fauconnerie ? Du spectacle des vikings ? De la cinéscénie ? Des tournois de chevaliers ? Oubliés, évaporés… le pain a pris l’avantage. Il occupe le devant de la scène, occupe mon esprit, agace mes papilles.

Rien que de penser à ce pain noir, à la mie évanescente, à la croûte croustillante et à l’odeur de feu de bois la salive me vient. Hmmm… Je rêve de me transporter en Vendée et regoûter à ce pain qui m’enchante !

Amoureuse du pain, en bonne française, le pain du Puy du Fou symbolise pour moi le pain d’antan. Il est un régal pour les yeux, pour le nez et pour la bouche. L’ambiance du village où il est fabriqué contribue aussi grandement à une expérience exceptionnelle.

De ce pain est née une véritable passion pour le Puy du Fou. J’ai convaincu la famille à en faire un rendez-vous annuel, à l’image d’un lieu de pèlerinage. La boulangerie est devenue le passage obligé. On y a attendu avec frénésie la sortie du pain du four, on s’est régalés du pain qui était offert en dégustation, et nous sommes repartis plusieurs années durant avec une belle boule de pain bien dorée.

Si cette tradition est désormais un peu perdue, et que le pain n’y est plus vendu mais simplement offert en dégustation (de par, je suppose, le nombre toujours grandissant de visiteurs), ce parc garde sa place d’exception dans mon cœur. J’y retourne toujours régulièrement pour profiter de son ambiance extraordinaire, et accéder à un monde « hors du temps » qui, malgré sa dimension, demeure à échelle humaine et familiale.

L’histoire du lieu Puy du Fou est aussi incroyable. Ce parc demeure la preuve que tout rêve est réalisable, et qu’il faut s’en donner les moyens. Philippe de Villiers s’est montré « l’entrepreneur et scénariste de son propre rêve » et c’est une qualité que je respecte et admire chez tout à chacun.

L’intuition par le goût

Dans cette découverte intuitive, la gourmandise a joué un rôle primordial.

Le pain fabriqué au Puy-du-Fou a cristallisé toutes mes aspirations et symbolisé pour moi l’ambiance globale du parc et l’expérience humaine qu’il m’inspirait.

Pour moi, un pain vaut mille mots. Il transmet l’Amour du travail bien fait, l’Amour du travail bien fait, l’Amour des autres… Un bon pain reste un bon pain. C’est tout. Mais un pain qui vous fait voyager, se sublime sous votre langue, c’est un pain qui s’est nourrit de l’art du boulanger, pour s’offrir aux personnes qui le dégusteront.

Pains d’ici et d’ailleurs

Le pain ayant été à diverses reprises source intuitive à de nombreuses découvertes, je vous ferai partager prochainement d’autres voyages où il joue un rôle important. Ce sera notamment l’occasion de parler de Max, ou encore d’évoquer Soudan et Bouvron…

Gourmandise, es-tu là ?

Et vous ? Quel est votre pêché mignon ? La gourmandise à laquelle il vous est difficile de résister ? Plutôt que de tenter de l’oublier, magnifiez-la. Faîtes-lui la part belle. Créez-vous des moments d’exception à partir de ce simple petit morceau de chocolat noir, ou de ce macaron (ah oui, tiens ! Lui aussi fait partie de mes régals !), ou encore de ce fameux fromage de chèvre que vous n’avez dégusté qu’une seule fois dans votre vie (mais où était-ce déjà ?!)…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string h0lUMh to the field below: