Apprendre à prendre soin de soi

Voyager m’a appris à prendre soin de moi : mieux… et plus !

Qu’est-ce qui me fait plaisir ? Où ai-je envie d’aller ? Qui ai-je envie de rencontrer ? Qu’ai-je envie de faire ou de ne pas faire ? Quel est mon degré de fatigue et comment puis-je en prendre soin ?

Des débuts difficiles

Il peut parfois être facile d’apprendre à prendre soin de soi. Suivant notre vécu, cela peut venir bouleverser nos mécanismes et habitudes.

On peut ne pas être en capacité de prendre soin de soi actuellement pour une multitude de raisons :

  • nous avons grandi sans jamais apprendre à nous écouter vraiment,
  • nous avons pris soin des autres avant de prendre soin de soi,
  • notre hypersensibilité nous a rendu sensible au bien-être des autres, jusqu’à nous oublier nous-mêmes
  • nous avons vécu avec la croyance que les activités de bien-être « ne servent à rien » (je dois toujours faire quelque chose d’utile),
  • nous avons adopté la croyance qu’il faut toujours faire quelque chose, que ne rien faire, c’est mal… alors, impossible de se poser !

Puis un jour, quelque chose arrive et hop, ce fonctionnement est remis en questions… maladie, burn-out, discussion…

Des expériences qui aident à avancer

Pour ma part, je ne suis pas certaine d’avoir appris à écouter mon corps, mes émotions, mes ressentis… et à en faire quelque chose. Alors, apprendre à prendre soin de moi est tout d’abord passé par une reconquête de mon corps. Par la danse tout d’abord en décoinçant mes hanches, mon bassin, mes épaules, mes bras… et le sport (pilates, sport d’équipe…).

Ensuite, j’ai appris – un pas après l’autre – à exprimer ces ressentis, ces émotions bouillonnantes de façon juste pour moi et pour l’autre : stage de CNV (communication non violente), stage de clown, initiation au chant…

Je note aussi une facilité à prendre soin de mon entourage, à faire passer leurs besoins avant les miens. C’est agréable de prendre soin des autres ! Rendre service. Permettre à des projets de se concrétiser ! Toutefois, il est parfois plus difficile de faire la part des choses entre mes envies et celles des autres. Alors comment démêler le tout ?

La relation avec les chevaux m’a été d’une grande aide à ce sujet. Véritables miroirs émotionnels, ils m’ont aidé à prendre conscience de ce qui m’appartenait : mes envies profondes, celles qui viennent des tripes, qui me font vivre de vraies émotions… à différencier de mes croyances, pensées, « ce que je devrais faire », « ce qui est mieux – soi disant – pour moi »…

Un pas après l’autre

Alors, un pas après l’autre, je chemine : j’apprends à prendre soin de moi.

  • Prendre soin de mon corps (massages, détente, sport…)
  • Prendre soin de mon esprit (nouveaux apprentissages, réflexions, stimulation intellectuelle, créativité)
  • Prendre soin de mon coeur (mes relations amicales, familiales et amoureuses, des échanges nourrissants qui me donnent de l’énergie).

Parfois, j’oublie. Alors, je recommence. Un pas après l’autre.

J’expérimente aussi.

Comme par exemple en 2021, lorsque j’ai cheminé une semaine sur le chemin de Compostelle… Une véritable rencontre avec moi-même.

J’ai rejoint un ami qui cheminait pendant 2 mois sur les chemins de Compostelle. Première expérience de randonnée pour moi. 25 à 30 kms de marche par jour.

Expérimenter les limites du corps.

Découvrir des besoins vivants : besoin d’échanger, partager, communiquer ET également besoin d’aller à mon rythme, écouter mon corps, faire preuve de créativité.

Les trèfles à 4 et 5 feuilles ont marqué ce séjour d’une semaine ! J’en ai presque fait des bouquets tellement j’en ai trouvé ! Une façon de me dire que j’étais de nouveau à la bonne place…

Depuis, j’ai constaté que j’avais besoin de planifier, prévoir, anticiper. Alors pour péréniser ces petits pas, je prends désormais rendez-vous avec moi-même. Ce peut-être par des séances de massage, des moments de papotage avec une amie, une soirée cocooning avec la lecture d’un bon bouquin sous la couette dès 19h…

Et vous ? Pourquoi souhaitez-vous prendre soin de vous ? Et comment allez-vous faire ? J’ai hâte de lire vos réflexions et vos premiers pas…

Pour aller plus loin

(Visited 22 times, 1 visits today)

2 thoughts on “Apprendre à prendre soin de soi”

  1. Gaelle Dobignard

    Salut Stéphanie !!

    je découvre ton blog en faisant une recherche sur la peinture intuitive pour faire un article, me voilà à feuilleter les pages de ton site et tomber sur cet article qui me parle tant….

    je me reconnais parfaitement dans toute la liste des raisons pour lesquelles on ne prend pas soin de soi… mon portrait craché !!
    épuisement, fatigue chronique, burn out sévère et autres idées noires… mon quotidien depuis des mois, avec des crises de plus en plus violentes

    aucune technique n’a vraiment fonctionné jusqu’à présent, car je n’ai même plus la volonté de faire ces petits pas, l’un après l’autre. Je suis allée trop loin, beaucoup trop loin, en dépassant largement les limites de mon corps, et de mon esprit.
    Alors l’ultime solution était de prendre un coach, pour un accompagnement personnalisé ; à défaut de faire pour moi ou pour mes animaux, la motivation d’être challengée par une personne à qui j’accorde ma confiance, sera sans doute ce qui me sauvera… je l’espère !
    reste à répéter les petits pas, sans se décourager les jours de « moins bien »

    je n’en suis qu’au début de cet accompagnement, et j’apprécie déjà les ressentis éprouvés.
    encore une fois, reste à répéter !!

    On a beau avoir les clefs, les outils pour aller mieux, parfois cela ne suffit pas… il faut vraiment trouver LA personne qui se positionne sur des valeurs profondes identiques.
    … progrès à suivre !! …

    1. bonjour Gaelle,
      merci pour ton message !
      à travers tes mots, je ressens tout le parcours que tu as vécu jusqu’à maintenant, fait d’obstacles, fatigue et découragement… et aussi le frétillement de la vie, de l’espoir et du mouvement qui ressurgit !! youpi 😉

      Pour rejoindre tes propos, quand on a été trop loin dans le « non prendre soin de soi », il est difficile de le faire soi-même en un claquement de doigts.
      Ca me fait penser à l’image de la cnv : pour pouvoir être en auto-empathie envers soi-même, il faut avoir déjà suffisamment rempli son réservoir. Ce n’est plus possible en zone rouge dite de danger…
      l’intervention d’une personne extérieure capable d’écouter, entendre véritablement ce qui est vécu et accompagner est un énorme plus ! difficile de tout faire soi meme. Personnellement, j’ai meme accepté que c’était impossible, ou en tout cas pas forcément juste.
      d’autre part, comme tu le dis si bien, le feeling avec cette personne est essentiel. A mon sens, cela fait partie du processus pour aller mieux 😉
      alors je te souhaite un bon chemin vers prendre soin de toi !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string zGvSm7 to the field below: